Ce Forum est dorénavant fermé.
Rejoignez-nous sur le nouveau Forum :
http://sudmicromonde.forumactif.org/

Arrivée d'un évêque zorthodoxe

Verrouillé
Avatar du membre
Alexandre W. Klausbourgsky
Messages : 3
Enregistré le : Il y a 1 an
Montant en poche : Fermé

Arrivée d'un évêque zorthodoxe

Message par Alexandre W. Klausbourgsky » Il y a 1 an

[justify]Depuis Chinisau, Dzerjinsk était la porte d'entrée idéal pour parvenir jusqu'au Kolozistan. Les troupes russlaves laissèrent sans peine passer le prélat détenteur d'un passeport portant, accolée au nom, la mention S.A.I. "Son Altesse Impériale" et le titre de "Prince du St-Empire". Monseigneur de Klausbourg était ce qu'on pouvait appeler une huile, membre de la famille impériale édoranaise en sa qualité de petit-fils de François-Xavier Ier. Le nom de Klausbourg n'était de plus pas inconnu à la soldatesque : frère du général édoranais qui combattait dans l'Ouest du pays, oncle du prince-héritier d'Edoran et cousin du prince Klausbourgski-Bordebonski, chef de la délégation russlave au sommet des grandes puissances qui se tenait dans la ville.

Monseigneur avait été élevé dans les établissements trinististes de la capitale zollernoise, puis avait rejoint un ordre religieux enseignant et missionnaire : la compagnie de la Zainte-Trinité. Devenu prêtre triniste, il avait consacré son apostolat au monde slave. Curé à Sibiou, en Transvalachie russlave puis à Chinisau en Moldavia édoranaise, il était devenu administrateur apostolique de ce petit état vassal d'Edoran. Il ne passa pas inaperçu. Evêque à pas quarante ans, on lui connaissait une âme d'évangélisateur et d'entrepreneur. Il avait fondé en Moldavia, pays comptant près de 6000 zorthodoxes des écoles, des dispensaires, des églises, organisant ce territoire en diocèse. Récemment, il avait organisé l'accueil des réfugiés kolozistanais par la communauté des fidèles zorthodoxes de Moldavia. On le connaissait surtout pour ses prises de position contre le pouvoir merksiste du pays, n'hésitant pas à convaincre par le moins quelques bandes de merksistes fanatisés.

Cette nomination en Kolozistan, Don Jean, la vivait comme un exil loin du petit monde dans lequel il vivait par delà la frontière. Mais, dévôt et pieux, il avait tout donné aux Dieux, jusqu'à sa volonté, sa vie.

Le Kolozistan était un petit pays zorthodoxe, 2,7 % de la population, quelques 100 000 fidèles sur plus de 3 000 000 d'habitants. L'Eglise zorthodoxe en Kolozistan balbutiait. L'instabilité du pays n'avait pas favorisé les conversions, ni les vocations. Le clergé zorthodoxe vivait caché, hier par peur des merksistes, désormais par peur des pavlovistes. Il y avait de belles oeuvres cependant : de la bonne volonté dans le presbytérat, de la sainteté chez les fidèles. Des racines qui donneront de beaux fruits si l'on prend la patience de faire pousser l'arbre. Monseigneur avait été choisi par le Bienheureux-Père pour sa connaissance des slaves, son franc parler, son opiniâtreté, sa diplomatie - parfois un peu rugueuse - et sa robustesse face au pouvoir politique, sans oublier, valeurs cardinales, sa piété et sa bonté. Car s'il est carré comme une armoire à glace, prompte à serrer le poing, l'homme qui se déplace alors dans les rues de Dzerjinsk eneigées en soutane, manteau et écharpe noirs, sous laquelle on peut apercevoir une croix pectorale, portant sous sa chapka la calotte violette des évêques, est un bon évêque, un saint évêque dirait ses diocésaines.

Pour l'heure le prélat déambule dans les rues de Dzerjinsk, lisant les panneau en cyrillique afin de rejoindre le Palais de février. Il suffit semble-t-il de suivre les bruits de beuveries, à mesure qu'ils s'intensifient, le quartier général russlave approche. Le bâtiment lui fait face. Un hôtel devenu forteresse disposant de mitrailleuses pour sa protection. Il se fraye un chemin parmi les prostitués, cherche à préserver son regard des poitrines dénudées et des cuisses découvertes. Il arrive enfin jusqu'au planton, décline son identité, fait mander son cousin, le colonel prince Klausbourgski-Bordebonski. Les deux hommes se retrouvent. Le prélat sermonne le colonel coureur de jupon qui hier encore dînait et dormait en belle compagnie. On s'engueule, on en vient au poing, on se réconcilie autour d'un cigare. Le coureur de jupon se confesse, l'évêque absout et le bénit.

Monseigneur de Klausbourg passera la nuit dans une chambre naguère occupée ; par un officier cosaque si l'on en juge les cadavres de bouteille de vodka. Il pria devant un crucifix qui l'accompagnait constamment depuis le séminaire. Il se coucha. Demain il se rendrait au presbytère, dirait sa messe et rencontrerait le curé-doyen et les paroissiens de Dzerjinsk durement éprouvé par la guerre.
[/justify]


Alexandre W. Klausbourgsky
Prince du Saint-Empire (Edoran)
Duc d'Auclair & de Cordilbao (Edoran)
Chevalier de l'Ordre impérial de l'Aigle d'argent (Edoran)
Verrouillé

Retourner vers « Kraï de Dzerjinsk »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités